login
mot de passe

Mot de passe oublié ?
Actualité Historique Marine - Mines - eridan
Chasseur de Mines Eridan
eridan
Déplacement : 540t
Longueur : 51,5m
Largeur : 8,9m
Tirant d'eau : 3,8m
Numéro de coque : M641
Date admission au service actif : 16/04/1984
L'actualité / Historique est une page destinée à présenter l'actualité d'une unité. Elle est également destinée à présenter l'histoire d'une unité : son activité passée et future, ses anecdotes, des faits marquants.
Vous pouvez compléter cette page si vous possédez des informations.
Actualité Chasseur de Mines Eridan

06 / 05 / 2009
Sujet : Force de guerre des mines de l'OTAN : l'heure du bilan
Du 20 au 29 avril, les 6 chasseurs de mines et la frégate de la force de guerre des mines de l'OTAN (SNMCMG1 - Standing Nato Mine Counter Measures Group 1), soit près de 330 membres d'équipage, ont procédé à une opération de recherche et de destruction d'engins explosifs historiques au large de Dieppe (76), dans des zones définies en accord avec la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

Outre entretenir leur capacité à travailler ensemble, l'objectif de l'opération était d'assainir les fonds marins et ainsi de contribuer à la sécurisation des activités maritimes.

Commandé par un officier danois à bord de la frégate "Thetis", le groupe de chasseurs de mines a découvert et neutralisé 15 engins, principalement des mines allemandes de la second guerre mondiale, pour une quantité d'explosif estimée à plus de 10 tonnes.

Chaque année, les plongeurs démineurs et chasseurs de mines français, ainsi que le groupe de l'OTAN, neutralisent environ 30 tonnes d'explosifs historiques en mer et sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord (2008 : 410 engins).

Le groupe de l'OTAN fera escale à Cherbourg (base navale) du 30 avril au 04 mai :

- Danemark : THETIS (frégate servant de support de commandement, 112 m, 75 pers.)

- Royaume-Uni : BROCKLESBY (chasseur de mines, 60 m, 45 pers.) (pas présent à Cherbourg)

- Allemagne : SULZBACK-ROSENBERG (chasseur de mines, 54.50 m, 39 pers.)

- Belgique : BELLIS (chasseur de mines, 51.50 m, 42 pers.)

- Lettonie : TALIVALDIS (chasseur de mines, 51.50, 45 pers.)

- France : ERIDAN (chasseur de mines, 51.50 m, 45 pers.)

- Pays-Bas : MAKKUM (chasseur de mines, 51.50 m, 42 pers.)(pas présent à Cherbourg)

10 / 01 / 2008
Sujet : Départ d'un chasseur de mines pour inspecter l'épave de "La P'tite Julie"
Le chasseur de mines l'Eridan a appareillé jeudi matin à 10h00 de la base militaire de Brest vers la zone du naufrage de "La P'Tite Julie" qu'il devrait rejoindre vers 18h00 pour localiser puis inspecter l'épave du chalutier qui gît par 80 mètres de fond.

Outre les 45 hommes d'équipage, l'Eridan a à son bord deux enquêteurs de la gendarmerie maritime, officiers de police judiciaire, deux représentants de l'armement dont le fils de l'armateur Porcher, et un enquêteur du BEA-Mer pour l'enquête administrative.

"Notre mission a pour cadre l'enquête de flagrance. On fait le maximum pendant les 7 jours suivant le naufrage pour que des indices ne disparaissent pas", notamment en raison des forts courants, a indiqué, avant le départ, le capitaine Vincent Lemaître, commandant de la compagnie de gendarmerie maritime de Brest.

L'épave, positionnée à une cinquantaine de km au large de l'île Vierge (Nord-Finistère), sera filmée en noir et blanc par l'intermédiaire d'un engin sous-marin filoguidé ("poisson auto-propulsé", ou "PAP" dans le jargon de la marine). Le travail peut être réalisé de jour comme de nuit à condition que la mer ne présente pas des creux supérieurs à 3-4 mètres.

"On se donne le maximum de moyens pour ne pas manquer cette fenêtre météo", a expliqué Sylvain Le Berre, porte-parole de la préfecture maritime à l'origine de cette "mission de service public" de la Marine nationale.

Les premiers éléments d'enquête pourraient être communiqués dès jeudi soir au procureur de la République de Saint-Brieuc Gérard Zaug.

Les conditions météorologiques difficiles jeudi matin constitueront la principale difficulté de la mission. Une fenêtre favorable est prévue de la fin d'après-midi jusqu'au lever du jour, a expliqué Pascal Thion, commandant de l'Eridan. Les jours suivants, une succession de dépressions est attendue.

Par ailleurs, le président de la République Nicolas Sarkozy doit se rendre vendredi à Pléneuf-Val André (Côtes-d'Armor), port d'attache du chalutier, pour rencontrer les familles des victimes et rendre hommage aux marins disparus, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture.

Il sera accompagné de Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de la Pêche, a indiqué son ministère dans un communiqué. M. Barnier s'était déjà rendu sur place mardi pour y rencontrer notamment l'armateur du bateau et les familles des victimes.

M. Sarkozy devrait s'entretenir avec les familles puis déposer une gerbe à la chapelle du petit port voisin de Dahouët, où un registre de condoléances a été ouvert. Sa visite devrait être "très rapide", selon la préfecture.

Une cérémonie doit en outre avoir lieu samedi matin à Pléneuf-Val-André pour les obsèques des deux marins français dont les corps ont été retrouvés.

Quatre autres marins -deux Portugais et deux Français- sont toujours portés disparus après le naufrage intervenu lundi matin et dont n'a réchappé qu'un seul marin portugais.
Alabordache
20 / 09 / 2005
Sujet : L'Eridan en escale au Havre
Dans le cadre de la deuxième rencontre Nation Défense (RND 2005) organisée par le ministère de la défense, le chasseur de mines Eridan sera en escale au Havre, quai de Guinée du samedi 24 septembre au dimanche 25 septembre 2005.

Horaires des visites :
samedi de 9h à 12h.
dimanche de 9h à 12h.
Source : le télégramme
15 / 01 / 2002
Sujet : L'épave de l'Enos retrouvée vide
L'épave de l'Enos, le coquillier de Saint-Quay-Portrieux (22) disparu depuis le 21 décembre avec deux hommes à bord, a été localisée dimanche en fin de journée par L'Eridan, un chasseur de mines de la Marine nationale. Des plongées, effectuées hier après-midi, ont permis de constater que les corps des deux marins ne se trouvent pas dans l'épave.


Chalutier-coquillier en bois de 10,60 m, construit en 1972 mais entièrement rénové avant son nouveau lancement à Saint-Quay-Portrieux il y a environ un an, l'Enos était attendu à son port d'attache le vendredi 21 décembre, après une nuit de chalutage et une marée de coquilles Saint-Jacques.

A 28 m de fond

Le personnel de la criée, constatant son absence en fin de journée, avait donné l'alerte. Des recherches intensives avaient repris la semaine dernière, menées d'abord par la vedette SNSM de Saint-Quay-Portrieux, « Sainte-Anne du Port », puis depuis vendredi par un chasseur de mines, après que des échos et une « croche » en des lieux inhabituels aient été signalés par des patrons-pêcheurs.
Les vérifications sur les points indiqués n'avaient rien donné, et l'Eridan a étendu ses recherches et entrepris durant le week-end un ratissage méthodique de la baie de Saint-Brieuc.
L'épave a été retrouvée dimanche soir, grâce aux sonars du chasseur de mines, qui ont transmis au navire des images permettant son identification. Le bateau gît par 28 m de fond, à 3,5 km environ au nord de l'île Harbour, qui fait face à Saint-Quay-Portrieux.
Les investigations menées hier après-midi par des plongeurs de la Marine nationale n'ont pas permis de retrouver les corps de Yann Gainche, 38 ans, patron, demeurant à Etables sur Mer, et Alain Fontaine, 34 ans, de Plérin, matelot.


« Il n'était pas
en pêche »

« Le bateau, couché sur son flanc tribord, ne porte aucune trace de choc, et tout son matériel est sur le pont. Il n'était donc pas en pêche lorsque le naufrage est survenu » indique le commandant Jean-Marie Figue, porte-parole de la préfecture maritime de Brest, qui diligente les recherches.
Le dossier a été transmis au Parquet de Saint-Brieuc, qui n'envisageait pas hier de faire procéder au renflouement de l'épave, puisqu'il n'existe pas dans cette affaire de suspicion criminelle. L'hypothèse retenue maintenant comme la plus probable est celle d'une voie d'eau, qui n'a pu être décelée hier.
Source : le télégramme
14 / 01 / 2002
Sujet : Baie de Saint-Brieuc. Pas de corps à bord de l'épave de l'"Enos"
Aucun corps n'a pu être découvert à bord de l'épave du coquillier "Enos", qui gît par 28 mètres de fond à 5 km au nord-est de Saint-Quay-Portrieux. Les investigations menées par les plongeurs de la Marine nationale et de la gendarmerie ont été abandonnées, a fait savoir la préfecture maritime.
C'est le chasseur de mines "Eridan" qui avait fini par localiser le petit chalutier hier soir, trois semaines après sa disparition entre le 20 et le 21 décembre 2001. Deux marins, le patron Yann Gainche, 38 ans, marié, père de famille, demeurant à Etables-sur-Mer (22), et son matelot, Alain Fontaine, 34 ans, domicilié à Plérin (22), se trouvaient à bord.
Source : le télégramme
11 / 01 / 2002
Sujet : Disparition de l'Enos : un chasseur de mines reprend les recherches
De nouvelles recherches maritimes vont être organisées aujourd'hui dans la baie de Saint-Brieuc, pour tenter de retrouver des traces de l'Enos, ce chalutier-coquillier de Saint-Quay-Portrieux, disparu le 21 décembre avec deux hommes à bord.
En effet, l'équipage d'un coquillier de Paimpol a déclaré hier avoir fait une croche inhabituelle, à peu près à mi-chemin entre le phare du Grand-Léjon (au milieu de la baie de Saint-Brieuc) et la pointe de Bilfot, en Plouézec, près de Paimpol. Un chasseur de mines de la Marine nationale, l'Eridan, va être détourné de sa mission actuelle et devrait arriver sur zone dans la matinée. Equipé de deux poissons autopropulsés, sonars très puissants reliés au bateau, le navire va mener des investigations au point indiqué (48º46' N, 02º49' 0). Six plongeurs se tiendront prêts à prendre le relais des appareils si les images transmises sont éloquentes. Dans le cas contraire, le navire entreprendra un ratissage de l'ensemble de la baie.
Les recherches, menées à l'initiative du Cross Corsen dans les jours qui ont suivi la disparition, puis suspendues, avaient repris une première fois mercredi, après que plusieurs bateaux de pêche ont signalé des échos de sondeur suspects, en quatre points distincts de la baie.
Année : (champs indispensable,sur 4 chiffres)
Mois : (sur 2 chiffres)
Jour : (sur 2 chiffres)
Photo :         (photo de l'unité)
Source :    
Titre :    
Texte :      
Partenaires : Rencontres - Sortir, organiser son temps, rester en contact - Service à la personne - Babysitting - Emploi-retraite - Job étudiants - Annoncer une soirée - Aéronavale - Aéronautique navale - Aéronautique - Sous-marins - Maistrance - Cercles militaires - Cercles des Armées - Sortir et rencontrer sur Sortie-privée.net

©alabordache.fr 1997-2009 Tous droits réservés
Le site www.alabordache.fr est déposé auprès de la CNIL sous la référence : 1109256
En application de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26 de la loi), d'accès (art. 34 à 38 de la loi), et de rectification (art. 36 de la loi) des données vous concernant.