login
mot de passe

Mot de passe oublié ?
Présentation, caractéristiques Sous-marin Surcouf
Présentation Sous-marin Surcouf
Accueil      Présentation  (Mettre a jour)      Forum      Actualité / Historique      Réseau      Photographies      Aide
La Marine nationale en Photo : Sous-marin Surcouf
Présentation, caractéristiques Sous-marin Surcouf Retour
Ajouter une nouvelle caractéristique

Présentation générale : SupprimerModifier
Long de 110 m?tres, avec un d?placement en surface de3.300 tonnes et en plong?e 4.320 tonnes, le croiseur sous-marin Surcouf aura ?t? le plus grand sous-marin du monde jusqu'? sa disparition dans la mer des Antilles le 19 f?vrier 1942. Caract?ris? par son artillerie du calibre de celle d'un croiseur lourd, le Surcouf embarquait un petit hydravion de reconnaissance et de r?glage de tir. Une s?rie de 3 sous-marins avait ?t? envisag?e mais le Surcouf sera le seul ? ?tre construit. B?timent ambitieux, le Surcouf ?tait complexe et fragile et l'on peut penser que, malgr? son exp?rience des "b?timents submersibles", l'industrie fran?aise de l'?poque n'?tait pas en mesure de relever un tel d?fi technologique.
Déplacement : SupprimerModifier
En plongée : 4.320 tonnes
Longueur : SupprimerModifier
110 mètres
Largeur : SupprimerModifier
9 mètres
Tirant d'eau : SupprimerModifier
7,18 mètres
Numéro de coque : SupprimerModifier
Néant avant la guerre. 17P dans les FNFL
Date admission au service actif : SupprimerModifier
Armement définitif : 31 décembre 1932 - Clôture de l'armement : 16 avril 1934.
Date retrait service actif : SupprimerModifier
19 f?vrier 1942. (disparu corps et bien avec tout son ?quipage, 126 hommes, dans la mer des Antilles)
Date mise sur cale : SupprimerModifier
3 octobre 1927
Date lancement : SupprimerModifier
18 novembre 1929
Nombre d'officiers : SupprimerModifier
8 (dont 1 pilote et 1 médecin)
Nombre d'officiers mariniers : SupprimerModifier
26
Nombre de quartier-maîtres et matelots : SupprimerModifier
85 (dont 2 aéro : 1 mécanicien et 1 observateur/radio)
Propulsion : SupprimerModifier
En surface : Puissance 7.600 cv (2 moteurs diesels Sulzer de 3.800 cv chacun) En plongée : Puissance 3.400cv (2 moteurs électriques de 1.700 cv chacun) 2 hélices.
Energie : SupprimerModifier
2 groupes électogènes Sulzer de 1440 cv (720 cv chacun) entraînant une dynamo permettant de recharger les batteries et de fournir l'électricité du bord.
Système de combat : SupprimerModifier
2 canon de 203 mm mod?le 1924, aliment?s ? 300 coups, en tourelle double ?tanche et pivotante, 2 canons de 37 mm anti a?riens semi-automatiques aliment?s par 1.000 cartouches. 4 mitrailleuses de 8 mm Hotchkiss avec 16.000 cartouches. 10 tubes lance torpilles r?partis comme suit : -4 tubes avant de 550 mm (2 de chaque bord) -2 tourelles triples orientables ? l'arri?re de chacune 1 tube de 550 mm et 2 de 400 mm. (Nombre de torpilles embarqu?es : 10 aux tubes + 12 en r?serve) IMMERSION : Maximun : 80 m?tres Profondeur de flambement : 180 m Profondeur d'?crasement : 490 m AERONAUTIQUE : Un hydravion biplace d?montable M.B 411 (observation et r?glage de tir) log? dans un compartiment ?tanche constituant l'arri?re du massif.
Port base : SupprimerModifier
Cherbourg , jusqu'à la clôture de l'armement le 16 avril 1934, puis Brest, jusqu''à son évasion de la France le 18 juin 1940 et enfin Plymouth (GB) dans les FNFL jusqu'à sa disparition le 19 février 1942
Directement subordonné à : SupprimerModifier
1929/1935 : Construction, armement et essais à Cherbourg : Major général de l'arsenal - 1935/1940 : En escadre à Brest : Commandant de la 2ème escadrille de sous marins - 1940/1942 : Sous pavillon FNFL en Grande Bretagne : Etat-major de La Royale Navy et commandant en chef des FNFL (amiral Muselier)
Mission : SupprimerModifier
-Assurer le contact avec les colonies. -Rechercher et d?truire les flottes ennemies en collaboration avec les forces de surface. -Mener une guerre de course contre les convois ennemis.
Déplacement lège : SupprimerModifier
En surface : 3.300 tonnes
Distance franchissable : SupprimerModifier
En surface ? 10 noeuds : 7.500 nautiques ou 10.000 nautiques en surchage de gas oil - En plong?e ? 5 noeuds : 60 nautiques, ? 4,5 noeuds : 70 nautiques. Autonomie 45 jours.
Vitesse maximale : SupprimerModifier
Surface : 20 noeuds (18,5 noeuds en service) - Plongée 8,5 noeuds
Ville marraine : SupprimerModifier
? (Nota : La marraine du Surcouf ?tait l'actrice Anabella dont le portrait d?corait le carr? des officiers)
Adresse officielle : SupprimerModifier
Ce bâtiment n'existe plus
Historique : SupprimerModifier
On peut d?composer la carri?re du croiseur sous marin Surcouf en 3 p?riodes. D'abord de 1927 ? 1934 : De sa mise sur cale ? Cherbourg ? son affectation ? Brest, au sein de la 2?me escadrille de sous-marins. Ses essais ont ?t? particuli?rement complexes, notamment en ce qui concerne l'?tanch?it? de la tourelle double de 203mm. Ensuite de 1934 ? 1940 : Missions du temps de paix o? le Surcouf a effectu? plusieurs campagnes dans nos colonies jusqu'? la d?claration de la seconde guerre mondiale et son d?part pr?cipit? de Brest o? il ?tait en grand car?nage, vers Plymouth en grande Bretagne, le 18 juin 1940. Enfin de 1940 ? 1942 : De son difficile r?armement sous pavillon FNFL ? sa disparition dans la mer des Antilles le 19 f?vrier 1942 Pour la version officielle, le Surcouf a ?t? abord? accidentellement par le cargo am?ricain Thompson Lykes, Selon la commission d'enqu?te de la Marine nationale, il aurait ?t? grenad? par erreur par un hydravion de type PBY Catalina . L'?pisode le plus marquant de sa carri?re dans les FNFL aura ?t? le ralliement ? la France Libre, avec le concours de corvettes Aconit, Mimosa et Lobelia, de l'archipel de Saint Pierre et Miquelon, le 24 d?cembre 1941 sous les ordres du vice amiral Emile Muselier. Sa carri?re op?rationnelle aura ?t? br?ve puisqu'elle n'aura dur? que 8 ans, de 1934 ? 1942, souvent ponctu?e de p?riodes d'indisponibilit? pour avaries ou mises au point.
Bibliographie : SupprimerModifier
Page réalisée par le CF(R) Daniel Maurice
Commandant : SupprimerModifier
15 août 1930 : CF de Belot (armement et essais à Cherbourg) 9 septembre 1933 : CF Le Portier (Fin des essais et 2ème escadrille à Brest) 26 août 1935 : CF Derrien (2ème escadrille à Brest) 23 octobre 1937 : CF Le Gouic (2ème escadrille à Brest) 19 octobre 1939 : CF Martin (Départ de Brest vers la Grande Bretagne le 18 juin 1940) 15 septembre 1940 : CF Ortoli (FNFL, réarmement sous pavillon à "Croix de Lorraine") 7 octobre 1941 : CF Blaison (FNFL, disparu avec le Surcouf le 19 avril 1942 )
Retour
Partenaires : Rencontres - Sortir, organiser son temps, rester en contact - Service à la personne - Babysitting - Emploi-retraite - Job étudiants - Annoncer une soirée - Aéronavale - Aéronautique navale - Aéronautique - Sous-marins - Maistrance - Cercles militaires - Cercles des Armées - Sortir et rencontrer sur Sortie-privée.net

©alabordache.fr 1997-2009 Tous droits réservés
Le site www.alabordache.fr est déposé auprès de la CNIL sous la référence : 1109256
En application de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26 de la loi), d'accès (art. 34 à 38 de la loi), et de rectification (art. 36 de la loi) des données vous concernant.